LA TURQUIE INVITE POUR LA PREMIERE FOIS LA GRECE A UN EXERCICE MILITAIRE

La Turquie a invité la Grèce à participer aux prochains exercices aériens « Aigle d’Anatolie » qui auront lieu du 13 au 24 juin 2011 dans la province de Konya , apprenait-on hier dans le journal turc Cumhuriyet. Ce sera notamment l’occasion pour Ankara de célébrer le 100ème anniversaire de la « Türk Hava Kuvvetleri », les forces aériennes turques.

Si les autorités grecques venaient à accepter, ce serait une première dans l’histoire de ces  voisins qu’oppose une longue liste de contentieux : divisés sur la question chypriote, où les deux pays supportent leurs communautés respectives, ils le sont d’autant plus quand à  leurs frontières maritimes. Athènes accuse ainsi régulièrement les forces turques de violer l’espace aérien grec lors de leurs exercices, ce qui a provoqué par le passé  de nombreuses escarmouches au-dessus de la mer Egée.

Cette annonce vient cependant confirmer un certain réchauffement diplomatique esquissé depuis quelques temps, ce  au détriment d’Israël.
L’an dernier, entre autres, le Conseil de Sécurité National turc a ainsi retiré la Grèce de la liste des « menaces pour la sécurité nationale » pour inclure l’Etat hébreu à sa place.
Israël, qui était avec les États-Unis l’un des premiers pays invités à cet exercice annuel lors de sa création en 2001, n’y est plus convié depuis bientôt deux ans. Il avait alors réagit en organisant de nombreux entrainements avec les forces aériennes grecques.

Certains ne manquent pas de faire remarquer d’ailleurs que la nouvelle intervient trois jours seulement après que les israéliens aient signé avec les chypriotes grecs un accord délimitant leurs zones économiques pour exploiter en bonne intelligence les réserves offshore de gaz découvertes il y a peu entre les deux pays.

 

Le + du Grand Turc : A la guerre comme au sport, on ne s’entraîne qu’entre amis: signe de l’apaisement entre Ankara et Pékin, c’était la Chine, pays non-membre de l’OTAN, qui était cette année l’invité des exercices « Aigle d’Anatolie », un mois avant la visite sur place du  ministre des Affaires Étrangères turc Ahmet Davutoglu.
Les relations entre la Chine et la Turquie s’étaient tendues en 2009 après la répression de la révolte ouïgour, une population musulmane turcophone habitant l’Est de la Chine, qualifiée à l’époque de « génocide » par le premier ministre Recep Tayyip Erdogan.

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans INTERNATIONAL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s