MAVI MARMARA : LES « RAPPORTS » CONFLICTUELS D’ANKARA ET TEL-AVIV

La Turquie conteste les conclusions de la commission israélienne sur l’incident du Mavi Marmara. Dans son propre rapport, Ankara accuse notamment l’état hébreu d’avoir ouvert le feu avant l’arrivée des commandos sur le navire.

Le Mavi Marmara dans le port d’Istanbul

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a rejeté en bloc hier les conclusions du rapport de la commission d’enquête israélienne sur l’incident du Mavi Marmara. « Ce rapport n’a aucune crédibilité », a-t-il affirmé à des journalistes de l’agence de presse Anatolie, « Quelle valeur peut avoir un rapport préparé et commandé dans le même pays ? ».

Le rapport de la commission israélienne, dirigée par l’ancien président de la Cour Suprême Jacob Turkel, blanchit totalement la hiérarchie militaire de l’état hébreu et juge « l’interception et la capture de la flottille pour gaza dans les eaux internationales […] conformes au droit international coutumier », les commandos ayant ouvert le feu « en état de légitime défense » après avoir été agressés à l’arme blanche une fois sur le bateau.
« Dans l’ensemble», précise-t-il, « le personnel militaire israélien a agi de façon professionnelle face à une violence imprévue » de la part d’activistes qui « ont perdu la protection que leur confère le statut de civil en participant directement aux hostilités ».

La commission d’enquête turque, qui avait déjà remis un premier rapport en septembre dernier, s’est déclarée « stupéfaite et consternée » par les conclusions israéliennes.
Dans un nouveau rapport rendu public ce matin, elle reproche à l’état hébreu d’avoir eu recours la force de manière « excessive et disproportionnée […] en contradiction avec tous les principes, règles et normes internationales » contre « des passagers qui n’ont fait qu’exercer leur droit légitime à l’auto-défense » .
Le rapport accuse notamment les soldats israéliens d’avoir tiré depuis les hélicoptères, faisant deux morts  avant l’arrivée même des commandos sur le bateau.

Les deux rapports devraient être transmis au secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, qui a constitué sous la direction de l’ancien Premier ministre néo-zélandais Geoffrey Palmer une commission de quatre membres, dont un turc et un israélien, chargés d’enquêter sur l’affaire.

La commission a jusqu’au mois d’avril pour les examiner, avant que l’ONU ne rende son avis sur la question.

En Septembre, le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU avait qualifié le raid de « violation grave du droit humanitaire et du droit international »

Le Mavi Marmara et 5 autres navires affrétés par l’ONG turque IHH Insani Yardim Vakfit avait été pris d’assaut et arraisonnés par l’armée israélienne en mai dernier alors qu’ils tentaient de briser le blocus de Gaza.
8 citoyens turcs (et un américain d’origine turque) ont trouvé la mort dans les combats, ce qui a depuis largement contribué à la détérioration des relations diplomatiques entre les deux pays.

la Turquie, qui avait rappelé son ambassadeur à Tel-Aviv, demande toujours des excuses au gouvernement israélien ainsi qu’une compensation financière pour les familles des victimes.

 

 

 

 

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans INTERNATIONAL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s