Archives de Tag: Grèce

SELON WIKILEAKS, ERDOGAN NE « CONTRÔLE PAS LES MILITAIRES »

Le premier Ministre Recep Tayyip Erdogan aurait admis en 2004 être incapable d’interdire les survols du territoire grec de la mer Egée par l’armée de l’air turque.

Des f-16 de l'armée de l'air turque au dessus de la mer Egee

A en croire un câble diplomatique, récemment révélée par le site Wikileaks, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan aurait confié en 2004 au ministre des Affaires Etrangères néerlandais de l’époque, Bernard Bot, qu’ « il ne pouvait ordonner l’arrêt des vols au dessus de la mer Egée car il ne contrôlait pas les militaires »

La note, en date du 2 décembre, se faisait l’écho d’une rencontre entre Bot et l’ambassadeur américain à Ankara  quelques jours avant une importante réunion des dirigeants européens sur la question de l’entrée de la Turquie dans l’UE, alors que l’aviation turque multipliait ses incursions dans l’espace aérien grec, ce qui faisait craindre un blocage des négociations par Athènes.

Selon le document, Bot aurait demandé l’arrêt temporaire des survols au Premier ministre Recep Tayyip Erdogan qui lui aurait alors admis son manque de prise sur la hiérarchie militaire.

Bot aurait alors demandé aux Etats-Unis de faire pression directement sur les généraux turcs.

L’armée a toujours été très indépendante du pouvoir politique turc, qu’elle a renversé 4 fois depuis 1960. Ses relations avec AKP, au pouvoir depuis 2002, sont extrêmement tendues sur la question très sensible de la laïcité comme sur les dossiers grecs et chypriotes, où elle se refuse à tout compromis.

Malgrès les récents rapprochements diplomatiques, la Grèce et la Turquie entretiennent toujours de nombreux contentieux territoriaux en mer Égée.

Le dernier survol en date est survenu le 7 janvier dernier, deux jours avant  une visite en Turquie du Premier ministre grec, M. Georges Papandreou.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans INTERNATIONAL

LA GRECE JUSTIFIE SON PROJET DE MUR A LA FRONTIERE TURQUE

Athènes a défendu hier son projet d’édifier une clôture de 12,5 km à la frontière turque, le long de la rivière Evros, pour mieux contrôler l’afflux d’immigrants clandestins.

« La Grèce a dépassé ses limites en terme de capacités d’accueil des migrants » déclaré hier le ministre grec de la Protection Citoyenne, Christos Papoutsis, après avoir annoncé l’érection d’un mur de 12,5 km le long de la frontière turque  destiné à empêcher les migrants de rentrer illégalement en territoire grec. Dénonçant « l’hypocrisie de ceux qui critiquent » ce plan sans connaitre « la dure réalité à laquelle les citoyens grecs sont obligés de réagir », il a annoncé dans la foulée la mise en place d’une nouvelle politique d’immigration plus restrictive et la création d’une autorité indépendante chargé d’examiner les demandes d’asile.

A Bruxelles, Michel Cercone, le porte-parole de la commissaire européenne aux Affaires Intérieures Cecilia Malmstroem, a regretté la mesure, estimant que « les murs sont des mesures à court-terme qui ne permette pas de s’attaquer au problème de l’immigration clandestine de manière structurelle »

Coté turc, le gouverneur de la province frontalière d’Erdine, M. Gökhan Sözer, a pour sa part estimé que cette barrière « sera utile à la Grèce » tout en défendant le travail des gardes frontières turcs qui selon lui « travaillent dur pour arrêter les migrants illégaux»

La Turquie est régulièrement  accusée par la Grèce de ne pas faire suffisamment d’effort en matière de lutte contre l’immigration clandestine.

Membre de l’espace Schengen, la Grèce est le point d’entrée favori des migrants entrant en Europe, notamment depuis le renforcement des contrôles maritimes de Frontex, la police européenne des frontières.
On estime que 90% des clandestins entrant dans l’UE passent par la Grèce via la Turquie, soit quelques  130 000 personnes l’année dernière. La Grèce, en proie a une crise économique sans précédent,  compterait plus de 1,5 millions d’immigrés, sur une population totale de 11 millions d’habitants.

Si la Grèce possède plus de 200 km de frontières avec la Turquie, c’est dans la zone ciblée, entre les villes d’Orestiasa et de Vissa, que la majorité des clandestins tentent leur chance.

Le mur, composé de barbelés et de caméras thermiques, devrait être  achevé d’ici la fin mars.

Le + du Grand Turc : Les clandestins,la plupart Afghans , entrent en Turquie via la région du Kurdistan, le long de sa frontière orientale. Escarpées et difficiles d’accès, donc de contrôle, les routes montagneuses du Kurdistan sont utilisés par la mafia locale comme par les séparatistes kurdes pour acheminer hommes, stupéfiant et produits de contrebande.

Poster un commentaire

Classé dans INTERNATIONAL

LA TURQUIE INVITE POUR LA PREMIERE FOIS LA GRECE A UN EXERCICE MILITAIRE

La Turquie a invité la Grèce à participer aux prochains exercices aériens « Aigle d’Anatolie » qui auront lieu du 13 au 24 juin 2011 dans la province de Konya , apprenait-on hier dans le journal turc Cumhuriyet. Ce sera notamment l’occasion pour Ankara de célébrer le 100ème anniversaire de la « Türk Hava Kuvvetleri », les forces aériennes turques.

Si les autorités grecques venaient à accepter, ce serait une première dans l’histoire de ces  voisins qu’oppose une longue liste de contentieux : divisés sur la question chypriote, où les deux pays supportent leurs communautés respectives, ils le sont d’autant plus quand à  leurs frontières maritimes. Athènes accuse ainsi régulièrement les forces turques de violer l’espace aérien grec lors de leurs exercices, ce qui a provoqué par le passé  de nombreuses escarmouches au-dessus de la mer Egée.

Cette annonce vient cependant confirmer un certain réchauffement diplomatique esquissé depuis quelques temps, ce  au détriment d’Israël.
L’an dernier, entre autres, le Conseil de Sécurité National turc a ainsi retiré la Grèce de la liste des « menaces pour la sécurité nationale » pour inclure l’Etat hébreu à sa place.
Israël, qui était avec les États-Unis l’un des premiers pays invités à cet exercice annuel lors de sa création en 2001, n’y est plus convié depuis bientôt deux ans. Il avait alors réagit en organisant de nombreux entrainements avec les forces aériennes grecques.

Certains ne manquent pas de faire remarquer d’ailleurs que la nouvelle intervient trois jours seulement après que les israéliens aient signé avec les chypriotes grecs un accord délimitant leurs zones économiques pour exploiter en bonne intelligence les réserves offshore de gaz découvertes il y a peu entre les deux pays.

 

Le + du Grand Turc : A la guerre comme au sport, on ne s’entraîne qu’entre amis: signe de l’apaisement entre Ankara et Pékin, c’était la Chine, pays non-membre de l’OTAN, qui était cette année l’invité des exercices « Aigle d’Anatolie », un mois avant la visite sur place du  ministre des Affaires Étrangères turc Ahmet Davutoglu.
Les relations entre la Chine et la Turquie s’étaient tendues en 2009 après la répression de la révolte ouïgour, une population musulmane turcophone habitant l’Est de la Chine, qualifiée à l’époque de « génocide » par le premier ministre Recep Tayyip Erdogan.

 

Poster un commentaire

Classé dans INTERNATIONAL