Archives de Tag: Police

COLERE DES ETUDIANTS CONTRE LES BRUTALITES POLICIERES

Des étudiants ont jeté des œufs sur un député de l’AKP lors d’un meeting mercredi dernier à l’université d’Ankara. Ils protestaient contre la répression violente des manifestations à Istanbul le weekend précédent.

Le député de l’AKP Burhan Kuzu, protégé par une barrière de parapluie. La présence de ces derniers laisse penser que ces dérapages étaient attendus des participants.

Ils venaient affronter une volée d’arguments  mais c’est une pluie d’œufs et de papier-toilette qui les attendait.

Burhan Kuzu, député l’AKP et Süheyl Batum, secrétaire général du CHP, était venus à l’université d’Ankara mercredi dernier débattre des  futures réformes constitutionnelles mais un groupe d’étudiant les a violemment pris à partie dès les premiers instants de la réunion à propos des brutalités policières du weekend précédent. Certains d’entre eux brandissaient une pancarte « Bienvenue au Collectif des Oeufs ».
M.Batum a alors quitté la salle de classe, laissant M.Kuzu seul face aux projectiles qui n’ont pas tardé à pleuvoir par dizaines. C’est sous la protection des parapluies de ses gardes du corps qu’il s’est enfui, après avoir qualifié les agitateurs d’ « écervelés ».

Bataille d’œufs contre gaz poivre

A l’origine des troubles, une manifestation estudiantine qui avait été très violemment réprimée le 4 décembre à Istanbul.

Environ 150 étudiants, regroupés dans des bus, avait tenté de manifester devant le palais Dolmabahçe où se tenait une rencontre entre le premier ministre Recep Tayyip Erdogan et les recteurs d’universités. Les forces de l’ordre avait  bloqué les trois cars avant leur destination, interdisant à leurs occupants de sortir avant de les obliger à faire marche arrière.
Des échauffourées avaient alors éclatés après quelques lancers d’œufs sur les policiers, qui ont répliqué au gaz poivre et à la matraque, faisant de nombreux blessés parmi les manifestants. Une jeune étudiante enceinte a été rouée de coups alors qu’elle se trouvait au sol et à perdu son enfant.

Une jeune femme de 19 ans a perdu le bébé qu’elle portait après avoir été malmenée par la police

Après avoir initialement défendu l’action de la police, Le ministre de l’Intérieur, Besir Atalay, a fini par envisager publiquement l’éventualité d’une bavure. Les critiques se concentrent aujourd’hui sur Huseyin Capkin, le chef de la police stambouliote.

Mainmise grandissante

Les étudiants manifestaient contre le projet gouvernemental de privatiser certaines universités, ce qui aurait pour conséquences probable la hausse des frais d’inscriptions. Les milieux laïques craignent eux  la mainmise grandissante des religieux sur les établissements privés.

Le gouvernement Erdogan est fréquemment accusé de chercher à islamiser l’enseignement supérieur turc.
En 2006, le recteur de l’Université de Van, laïc convaincu, avait été arrêté deux fois par la police pour être ensuite libéré sans qu’aucune charge ne soit retenue contre lui. Il avait à l’époque parlé d’acharnement à son égard. Le Parlement a accepté ces dernières années la création de nombreuses universités, laissant au gouvernement l’autorité d’en désigner les recteurs (alors qu’il était de tradition que cette prérogative revenait au Bureau de l’Éducation Supérieure, un organe indépendant).
Après avoir autorisé le retour du voile à l’université en 2008, les rumeurs voudraient que le premier ministre cherche désormais à remplacer Nusret Aras, le doyen et recteur de l’université d’Ankara, fondé par Kemal Atatürk, où l’influence religieuse est très faible.

Si la classe politique turque a dans son ensemble appelé au calme, l’opposition a trouvé là un argument de plus pour déstabiliser l’AKP, en position délicate depuis les récentes révélations de Wikileaks sur de supposés comptes bancaires secrets que le premier ministre posséderait en Suisse.

Ce dernier s’est défendu le lendemain en accusant les « protestataires soutenus par l’opposition » de  «pratiquer le fascisme sous le voile de la démocratie » : « Pourquoi jetez-vous des œufs ? De quel genre de liberté s’agit-il ? Si c’est cela la liberté, alors je ne suis pas du coté de la liberté » a-t-il ajouté à l’égard des manifestants.

Ces événements rappellent en tout cas de mauvais souvenir à la population turque, ceux des années 70, durant lesquelles les affrontements entre étudiants et forces de l’ordre ont fait des milliers de morts.

Le + du Grand Turc: Le premier ministre a conseillé aux étudiants d’aller se faire cuire un œuf, ou plutôt de se « faire une omelette s’ils ont assez d’argent pour s’acheter des œufs». Le député  éclaboussé, Burhan Kuzu a eu la même réaction, leur conseillant de manger leurs projectiles pour « développer leur cerveau« …

 

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans INTERIEUR